Accueil > Nos actions

1+1 = 5 : Investir dans les moyens de subsistance s'avère payant

 

Les effets dévastateurs du changement climatique ont contraint Noorjahan et sa famille à fuir leur village en quête de sécurité et d'une vie meilleure à Dacca, au Bangladesh. Depuis de nombreuses années, le Bangladesh connaît de graves inondations. Pendant la saison des pluies, la majorité des grands fleuves du pays sortent de leur lit et engloutissent des villages entiers. La maison de Noorjahan a été détruite comme cela, laissant sa famille sans-abri. La famille n'a pas de source permanente de revenus et lutte pour joindre les deux bouts. Pour aider Noorjahan et sa famille, Aide à l'enfance leur a fourni des moyens de subsistance: deux taureaux qui à long terme permettront à la famille de générer des revenus et permettre à Noorjahan de nourrir ses enfants et de les envoyer à l'école.


L'histoire de Noorjahan


« Je vis à Bikrampur. Ma maison se trouvait au bord de la rivière Padma. Il y a tellement d'inondations tant dans cette région que les berges commencent à s'éroder. Une inondation a balayé ma maison. La rivière a tout pris. Alors nous sommes venus ici pour recommencer une nouvelle vie. Mon plus jeune enfant avait trois mois à l'époque. Nous vivions dans des conditions tellement difficiles qu'il est mort à l'âge de cinq mois. La vie en ville est difficile. Nous n'avions pas suffisamment de revenus. Mon mari vendait des légumes sur le marché. Mais cela ne nous aidait pas beaucoup. On ne pouvait toujours pas se permettre trois repas par jour.

En janvier 2010, Aide à l'enfance m'a donné deux taureaux. J'ai pris bien soin d'eux et je les ai vendus. À la date d'aujourd'hui, j'ai acheté et vendu cinq taureaux. Puis, j'ai acheté ces deux-là. Je les ai nommés Lalu et Kalu. Lalu signifie “rouge” et Kalu signifie “noir”. J'achète toujours des taureaux, car je peux en tirer un bon prix sur le marché. Chaque taureau se vend environ 30 000 takas. Je fais un profit de 3 000 takas [environ 42 $ CAD]. 

La vente de bovins pour l'abattoir est un secteur d'activité important au Bangladesh, en particulier pendant le festival de l'Aïd (Aïd el Adha - des animaux sont sacrifiés par la communauté musulmane dans le cadre de leur culte). Il y a des marchés ouverts où les propriétaires vendent leurs bétails et font des profits intéressants.

Le projet nous a beaucoup aidés. Aucun de mes enfants ne pouvait aller à l'école avant, nous ne pouvions pas nous le permettre. Mais maintenant c'est possible. Je suis heureux de pouvoir nourrir ma famille. Mes enfants m'aident dans mon travail. Aujourd'hui, je vais faire du riz avec des courgettes et du poisson. Le riz est déjà sur le feu. »